FNC jour 9 :
démons et
mer­veilles

Lily Lane

de Bence Fliegauf

Vendredi soir au FNC : c’est le moment de se lais­ser appri­voi­ser par le charme étrange de Lily Lane. Goûter d’abord à la musi­ca­li­té si par­ti­cu­lière de la langue hon­groise, à nulle autre pareille. Appréhender enfin ce récit frag­men­té, par moments expé­ri­men­tal, vague­ment inquié­tant et pour­tant étran­ge­ment apai­sant. Bence Fliegauf est recon­nu pour réa­li­ser des films plus poé­tiques que nar­ra­tifs, et le prouve une fois de plus. Présenté dans la sec­tion des Nouveaux alchi­mistes dont le mot­to est « expé­ri­men­ta­tion, trans­for­ma­tion, ravis­se­ment », Lily Lane (Liliom Osveny) est le nom d’un quar­tier un peu excen­tré dans les col­lines de Budapest. C’est dans cette forêt urbaine que traine Rebeka, jeune mère tout récem­ment sépa­rée, et son fils de 7 ans, Dani. Les deux ont une rela­tion fusion­nelle, ponc­tuée de récits hor­ri­fiques que Rebeka raconte constam­ment à Dani, mal­gré l’effroi de celui‐ci et les sup­pli­ca­tions de son ex‐mari. Dans ces contes, les yeux jaunes d’un renard empaillé ter­ri­fient un petit gar­çon du nom de Miel, gar­dé par sa sup­po­sée mère, une sombre fée…

L’histoire de Rebeka revien­dra sans cesse comme un leit­mo­tiv, agis­sant comme un liant dans ce film au récit somme toute très ténu. Les débuts sont trou­blants : entre scènes oni­riques fil­mées en camé­ra ther­mique et jeu très dis­tan­cé de l’actrice prin­ci­pale Angela Stefanovics, il est dif­fi­cile pour le spec­ta­teur de s’attacher à quoi que ce soit. Le film prend un tour­nant encore plus oppres­sant lorsque la mère de Rebeka meurt subi­te­ment (ou pas?). Assaillie par des sou­ve­nirs que l’on devine dou­lou­reux, la jeune femme inves­tit alors avec Dani la mai­son fami­liale au fond des bois. Pourtant, la der­nière demi‐heure du film laisse place à de jolies séquences de com­pli­ci­té abor­dant le déli­cat thème du deuil. Au final, Lily Lane est un petit objet fra­gile et inso­lite, non dénué d’éclat.

Zoé Protat
15 octobre 2016

Commentaires

com­men­taires